USA 2004 - On the road again ... Colorado ...
- MESA VERDE National Park -


A environ 150 km de Mexican Hat, dans l'état du Colorado, sur le plateau du Mesa Verde, se trouve un des plus anciens sites archéologiques de maisons troglodytes des USA. Le plateau qui culmine à plus de 2 000 m d'altitude, domine la vallée de Montezuma où se trouve la ville de Cortez. Dans le fond on distingue les sommets enneigés des Montagnes Rocheuses.
Avant d'arriver à Cortez le paysage ressemble à celui de Monument Valley mais les roches sont moins rouges. Nous sommes toujours dans une région désertique et ici l'eau est une denrée rare.
SPRUCE TREE HOUSE est l'habitation la mieux conservée du Mesa Verde, son accès est gratuit et ne nécessite pas de guide.
Le musée du parc qui renferme de nombreux objets et des vestiges des civilisations qui ont vécu ici, domine le site de SPRUCE TREE HOUSE.
Il y a environ 1400 ans, les ANASAZI furent les premiers habitants du Mesa Verde. Ils venaient des plaines environnantes et aménagèrent les grottes et les surplombs des canyons en villages troglodytes. Sur le plateau au dessus des villages, ils développèrent des cultures de mais et de légumes. Ils avaient une vie sociale et se réunissaient dans des pièces circulaires creusées dans le sol nommées KIVA. Les KIVA les plus grandes servaient aussi de lieu de culte. L'accès au KIVA se faisait par un trou dans le toit qui servait egalement de conduit d'aération.
Le toit des KIVA était formé par une charpente en bois recouverte de terre et de rochers. Chantal émerge d'une petite KIVA qui a été restaurée, claustrophobe s'abstenir.
Le CLIFF PALACE est un autre site troglodyte qui se visite obligatoirement avec un guide du corps des Rangers. La visite est très intéressante et permet de comprendre comment vivaient les Anasazis et les indiens qui leur ont succédé de nombreuses années après leur départ.
Les Anasazis ont vécu jusqu'à la fin du 13 ème siècle aprés JC dans la région du Mesa Verde puis sans que l'on puisse l'expliquer ils ont abandonné la région et ont migré vers le Sud. Comme ils n'avaient pas d'écriture et que toutes les connaissances étaient transmises oralement, on connait peu de choses sur la culture et le mode de vie de ces premiers habitants de l'amérique qui ont vécu ici bien avant l'arrivée des Européens. Des centaines d'années après le départ des Anasazi, les indiens HOPI et les NAVAJOS ont également occupé les lieux repeuplant les villages abandonnés et redonnant vie au plateau.
Les premiers pionniers qui ont découvert ces villages, n'ont trouvé que des ruines et des gravats au pied de murs effondrés. Des fouilles plus élaborées ont ensuite permis de mettre à jour les vestiges de cette civilisation et une restauration des lieux a été entreprise qui permet aujourd'hui de visiter et d'apprécier l'environnement dans lequel vivaient les Anasazis.
Pour se protéger des ennemis et des animaux sauvages, l'accès à ces villages était difficile et se faisait par des échelles de bois et des chemins escarpés taillés dans la roche. Même encore aujourd'hui il faut gravir un dénivelé d'une trentaine de mètres pour accéder au plateau depuis le site de Cliff Palace.

Des marches inégales taillées dans la roche permettent de rejoindre le sommet du plateau, on ne peut passer qu'une personne à la fois et en été quand il y a beaucoup de touristes la file d'attente est longue pour sortir de CLIFF PALACE.

Dans ces canyons abrités du vent, la température en été montait (et monte encore !) jusqu'à plus de 50 degrés Celcius. En hiver par contre, il gèle régulièrement et le haut du plateau est souvent enneigé.

Le système de ventilation et de chauffage des Kivas, mis au point par les Anasazis, permettait de garder dans ces lieux de réunion une température quasi constante (environ 15 degrés Celcius) été comme hiver.

La sortie sur le plateau domine le site troglodyte. Le chemin qui serpente dans une infractuosité de rocher est peu visible depuis le bord du plateau.

En visitant ces sites, on se rend compte que la vie devait y être rude et c'est peut être une des raisons qui ont motivé le départ des Anasazis vers le Sud. Il reste encore beaucoup de choses à découvrir sur ces populations et les archéologues ont encore beaucoup de pain sur la planche !

Haut de page ou Retour à la page précédente